En-tête

Assemblée générale 2018

Défense aérienne indispensable si l'on veut une Armée...

Réunis le samedi 24 mars en assemblée générale à la caserne de Bure, les membres de la Société jurassienne des officiers ont reçu quelques informations sur la vision que le chef de l'Armée Philippe Rebord a des nouveaux avions de combat, que la Suisse veut acheter. La veille de l'assemblée, le conseiller fédéral Guy Parmelin avait rendu publiques les exigences fixées pour ces jets, qui devront permettre d'avoir en permanence quatre avions en vol durant un mois. L'enveloppe du Conseil fédéral sera de 8 milliards pour l'ensemble des moyens de défense aérienne.

Mise sur pied de 35’000 hommes en 10 jours

Pour Philippe Rebord, le nouvel avion de combat et le programme de défense sol-air sont d'une importance vitale, car il n'y a pas d'armée sans défense aérienne. Les sommes à engager sont importantes, mais la plus grande partie sera couverte par des affaires compensatoires, dont un tiers en Suisse romande et dans le Jura.

Le chef de l'Armée constate que la situation géopolitique n'est pas simple, notamment avec le retour au premier plan de l'arme nucléaire, les modernisations des armements en Russie et aux Etats-Unis, le conflit en Ukraine, les migrations, le terrorisme et le réchauffement climatique (le dégel du permafrost en région de montagne risque de provoquer de graves éboulements. L'Armée, seule réserve stratégique du pays, devra pouvoir assumer rapidement des prestations dans des situations d'urgence. On est donc en train de rénover le système de mobilisation, dont l'élément spectaculaire sera la mise à disposition de 35'000 hommes équipés en dix jours.

Y aura-t-il assez de soldats ?

Dans son rapport, le président de la Société jurassienne des officiers, le colonel Fabien Kohler, parle d'un véritable défi à propos de cette rénovation de l'Armée, qui va se mettre en place en cinq ans. Mais cela ne sera possible que si l'équipement suit et que les hommes sont 1à. Or, le service civil a un peu trop de succès auprès des jeunes, et cela met en péril la structure de l'armée. Il manque actuellement 500 soldats par année pour réussir à remplacer les partants.

600 exemplaires sur 800 de Jura, Jura bernois pendant la Première Guerre mondiale publié en octobre 2017 par les Editions D+P et la SJO, ont été écoulés.. Dans la foulée, une cinquantaine d’exemplaires de Aviation civile et militaire, guerre aérienne, le volume du centenaire de la SJO, ont été vendus dans une action «Duopack».  Les ventes, le mécénat et les subventions (près de 40'000 francs). L’opération laissent un solde comptable positif. Le bénéfice sera partagé entre les Editions D+P et la SJO.

Quelques activités à venir

Une information a été donnée par le commandant de la place d'armes de Bure, le colonel EMG Philippe Brulhart, sur la journée anniversaire du 16 juin prochain, pour les 50 ans de la place d'armes. Madame le ministre Nathalie Barthoulot a annoncé que le Canton du Jura parrainerait une troupe de soldats du train, ce qui s'inscrit dans une opération de parrainage d'unités par les cantons suisses.

 Le 22 septembre, une journée commémorative de la fin de la Grande guerre à Bonfol et au Largin, organisée par la commune de Bonfol et la section suisse de l’Association franco-suisse du Km 0.

Les Editions Cabédita à Bière vont sortir deux livres sur l’Ajoie. Le premier L’Ajoie no man’s land franco-suisse 1939-1945 du colonel Hervé de Weck, le second, une bande dessinée de Samuel Embleton de Prêles, un jeune dessinateur doué de Prêles, évoque Le Largin et le «Km 0». Le financement des deux ouvrages est assuré. Le lancement aura lieu le 26 octobre au Musée de l’Hôtel.-Dieu à Porrentruy.

Un Jurassien chef des observateurs de l'OSCE

Jurassien d'origine établi en Valais, le colonel EMG Flavien Schaller a témoigné de son expérience de chef des observateurs de l'OSCE à la frontière entre l'Ukraine et la partie sous contrôle des séparatistes soutenus par Moscou. Les accords de Minsk sont inapplicables sur le terrain, les capacités des observateurs sont très restreintes et aucun camp ne tient vraiment à ce qu'on connaisse ses activités sur place... Pas facile non plus de gérer et diriger des observateurs venus d'une bonne douzaine d'Etats différents. Contrairement à ce que donnent à penser les médias, il n’y a pas de bons Ukrainiens et de vilains séparatistes et de vilains Russes. Tout ce monde est très «gris». On oublie en Occident que la Russie se sent pressée par l’OTAN dont l’expansion à l’Est de l’Europe n’était pas ce qui avait été décidé dans les arrangements après l’implosion de l’Union soviétique. Flavien Schaller insiste sur la bonne image de la Suisse, de sa politique de neutrtlité qui facvilite le travail d'un chef suisse desobservateurs de l'OSCE. il a été efficacement soutenu par les ambassadeurs et diplomastes suisses, mais ne peut pas en dire autant de représentants d'autres Etats pourtant parties prenantes à la mission. Dans les séances où ces diplomates se retrouvent  à huis-clos, il y a des échanges pas piqués des vers, peu diplomatiques, voire des pugilats ! 

AG-2018-01

Au premier rang, de gauche à droite: Mme Froidevaux, présidente du Parlement, Mme le ministre Barthoulot, le cdt C Rebord, M. le ministre Juillard, M. Gschwind, maire de Bure, le col EMG Brulhart, cdt place, Mmes Rebord et Schaller, le col EMG Schaller.

AG-2018-02

A gauche, le conférencier du jour, le colonel EMG Flavien Schaller présenté par Fabien Kohler.

AG-2018-03

Conversation au sommet. De gauche à droite, le cdt C Rebord, chef de l'Armée, le col Fabien Kohler, président SJO, le br Guy Vallat, l'officier général jurassien.

Ag-2018-04

A l'apéritif...

Retour en haut

Société jurassienne des Officiers (SJO) - Rue de Deute-Dessous 1 - 2853 Courfaivre - Tél. : +41 (0)61 277 52 50 - Email : info.sjo@militariahelvetica.ch

Accueil - Actualités - Activités - Historique - Publications - Bulletins - Contact

Meedia.ch